Articles, La vie, Stéphanie Poissant

Une formule mathématique pour mieux affronter les défis !

Par Stéphanie Poissant, psychoéducatrice

Dans la vie, pour moi, il est important de toujours apprendre de nouvelles choses, de sortir de notre zone de confort et d’avoir de petits ou grands projets stimulants qui nous permettent d’être fiers de nous et d’occuper nos journées de façons positives. Que ce soit en apprenant un nouveau loisir, en rencontrant de nouvelles personnes, avec un projet professionnel, etc. De mon côté, une des façons que j’ai trouvée pour répondre à ces besoins d’apprentissage et de stimulation est de dire « oui » aux projets immobiliers et de rénovation que me propose mon chum Sébastien😊! Même si ces projets me déstabilisent, j’y prends plaisir et particulièrement à voir le résultat final d’un travail manuel et d’un travail d’équipe avec mon partenaire de vie.

Stéphanie et Sébastien
en mode démolition!
Août 2020

Par contre, même lors de défis que nous avons choisi de vivre, nous pouvons (même souvent) avoir des moments de découragements, vivre des frustrations ou toute autre émotion qui pourrait nuire à l’aboutissement du projet. J’ai vécu ce genre de moment il y a quelques jours… Après plusieurs semaines (et même mois!) à faire de la démolition et à vivre dans les rénovations, nous en étions à notre dernière journée de démolition avant de passer le flambeau à une équipe en rénovation. J’étais fatiguée … et je n’avais plus envie de jouer dans la poussière et de détruire…puisque j’aime clairement mieux travailler manuellement pour reconstruire! À un moment de la journée, tout ce que j’entendais dans ma tête était « J’suis tannée! J’suis tannée! J’suis tannée! « , jusqu’à ce que je réalise que ce discours n’avait rien d’aidant pour terminer ma tâche et atteindre mon objectif (c’est-à-dire d’avoir fini cette tâche pour enfin passer à la partie que j’aime, reconstruire et créer du beau!). Alors j’ai commencé à me dire « c’est presque fini, plus tu avances, moins il en reste! Tu en as déjà fait tellement!  » et à penser aux récompenses que j’allais m’offrir lorsque la tâche serait terminée 😉. Automatiquement, mon moral est devenu meilleur, je me sentais mieux physiquement, j’avançais plus vite dans ma tâche et j’étais même probablement de meilleure compagnie pour Sébastien ! Malgré ces pensées encourageantes, le travail n’allait pas se réaliser de lui-même! Ce sentiment de mieux-être m’a permis de continuer à travailler fort jusqu’à ce que nous terminions cette étape que je trouvais pénible. Cet exemple de situation est d’après moi un bon exemple concret à petite échelle du pouvoir de nos pensées ! J’avais déconstruit les mauvaises pensées qui nuisaient à mon efficacité et mon bien-être pour reconstruire des pensées plus saines. De plus, sans m’en rendre compte, j’avais aussi divisé la tâche en étapes encourageantes en me disant que l’étape de démolition était presque finie…sans penser à la finalité de la rénovation complète qui est loin d’être terminée! Nous choisissons parfois les défis… mais très souvent, la vie décide à notre place avec des obstacles à affronter. Peu importe la situation et la grandeur du défi qui se présente à nous, je crois qu’en utilisant cette formule mathématique nous augmentons nos chances de réussite dans l’atteinte de nos objectifs, en plus d’augmenter notre sentiment de bien-être pendant cette situation:

O + PP + É + A = Objectifs atteints !  

(Observation de soi + pensées positives/vraies + étapes réalistes + passer à l’action = objectifs atteints et fierté en prime !)

En espérant que cette petite formule mathématique puisse vous aider dans votre prochain défi et vous guider pour la (re)construction de ce qui vous tient à cœur … comme elle a pu m’aider pour m’amener à bon port dans la reconstruction de mon espace de vie 😊 .

Articles, La vie, Stéphanie Poissant

Mieux vivre dans le moment présent (grâce à Gaston)

Par Stéphanie Poissant, psychoéducatrice

La majorité d’entre nous connaissons bien (pour en avoir entendu parler ou pour l’avoir expérimenté) les responsabilités d’avoir un chien, mais aussi les bienfaits sur notre santé mentale et physique. Pour n’en nommer que quelques-uns, avoir un chien nous oblige à être actif physiquement en marchant tous les jours et a un effet apaisant.

Mais avez-vous déjà observer votre chien (ou celui de quelqu’un d’autre) pour apprendre de ces gentils compagnons ?

En tant que psychoéducatrice, l’observation est un élément important dans mon rôle professionnel, mais qui est aussi très souvent utile dans ma vie personnelle. La présence des animaux est reconnue comme ayant un effet généralement positif (comme nous l’enseigne la zoothérapie), mais j’ai réalisé qu’en observant mon chien Gaston et ses habitudes, je développais de meilleures aptitudes de gestion du stress et de pleine conscience à vivre dans le moment présent. 😊

Je vous donne un exemple… lorsque Gaston se couche, particulièrement le soir lorsqu’il est prêt pour le repos, il soupire et semble relâcher tous les muscles de son corps …Un comportement que ma prof de yoga nous enseigne et nous répète, mais que personne n’a enseigné à Gaston ! Après s’être préparé au repos, Gaston ne pense à rien et s’endort presqu’automatiquement … chanceux ! À réaliser l’efficacité de sa technique, je me surprends très souvent à faire un grand soupir pour expirer le stress de ma journée et détendre les muscles de mon corps lorsque je l’entends soupirer.

Stéphanie et Gaston dans le moment présent
– Crédit photo – Alex C.D. Photography

Un autre moment où je m’inspire de sa façon à vivre dans le moment présent (et je vous invite à faire de même) est lors des promenades. Même s’il a passé la journée seul, je semble lui faire le cadeau le précieux du monde en lui annonçant que nous allons marcher ensemble  et ensuite, lorsqu’il fait cette activité qu’il aime tant…il la vit pleinement ! Il regarde un oiseau passer, il prend le temps de sentir une fleur sur notre chemin, il s’arrête pour regarder des enfants jouer au ballon, et il dit même bonjour aux passants !

De mon côté, dans ma tête d’humain, j’ai tendance à penser à des éléments plus stressants de ma journée, commencer à planifier le souper, ou même à penser aux projets de demain ou du mois prochain! Évidemment, cela peut être une bonne idée d’apprendre d’événements vécus dans le passé ou de planifier des objectifs futurs, mais ce n’est pas nécessaire de le faire sans arrêt… comme j’ai tendance à le faire (peut-être que vous aussi ?).

Donc pourquoi ne pas, encore une fois, apprendre de nos fidèles compagnons, et profiter pleinement des moments qui nous font plaisir. Que ce soit pendant une promenade, pendant un repas en famille ou pendant une activité qui nous fait du bien. Même si ces moments sont parfois courts, nous ressentons rapidement un sentiment de bien-être en encourageant nos pensées à diriger leur attention vers ce que nous sommes en train de faire maintenant, dans le moment présent.

Cet exercice, que Gaston fait naturellement, est beaucoup plus difficile pour nous, mais avec de la pratique, de la patience et du respect envers nous-même, nous sommes tous capable de s’offrir ces moments de douceur qui améliore tellement le quotidien! Je pense que vous pourrez ensuite observer comme moi que prendre quelques moments dans le moment présent nous aide à apprécier ce qu’on a ici et maintenant tout en diminuant naturellement notre niveau de stress.  

Bon été, rempli de moments présents à faire ce que vous aimez !