Ariane Mimeault, Articles

Ariane a lu…Fais-le pour toi!

Par Ariane Mimeault.

Un livre de psychologie positive qui s’adresse aux ados, écrit par une ado, voilà ce que nous propose la jeune comédienne Frédérique Dufort, celle qui a notamment incarné Dalie dans la populaire série jeunesse Tactik. Ce rôle lui a de toute évidence permis d’établir une belle complicité avec les lecteurs à qui elle s’adresse. Car c’est un peu sur le ton d’une grande sœur bienveillante qu’elle aborde des sujets qui touchent les 12-17 ans dans leur quotidien.

Avec un langage et des codes visuels (émojis) adaptés au lectorat, Frédérique parle de préoccupations terre à terre que partagent tous les adolescents, autant à la veille de l’entrée au secondaire qu’une fois intégré à la vie de la polyvalente. Les petits comme les grands stress trouvent écho dans cet ouvrage truffé d’anecdotes personnelles qui permettent aux jeunes de se reconnaître à travers les mésaventures que l’auteure leur raconte. De l’uniforme scolaire aux présentations orales en passant par les familles recomposées, les types d’amitié ou les peines d’amour, toutes les sphères de l’adolescence y passent, toujours avec ce ton plein d’empathie et sans prétention qui donne l’impression aux lecteurs d’avoir une conversation avec une confidente.

Le chapitre où il est question de motivation scolaire, de gestion de l’anxiété et de tout le stress engendré par l’école est rempli de trucs et conseils simples et concrets pour aider les jeunes à passer à travers leur parcours d’étudiant sans que ça ne devienne trop angoissant. Et celui sur l’intimidation est particulièrement efficace parce qu’il est très « incarné », en ce sens que les questions qui y sont posées, les situations qui y sont décrites sont très réalistes et reproduisent bien ce qui se passent dans la tête des intimidés comme des intimidateurs et de ceux qui les entourent. Ça aide, de façon concrète, à mieux comprendre le phénomène et à poser les bons gestes (exemples à l’appui) pour le contrer. Plusieurs références pour obtenir de l’aide et du soutien y sont également judicieusement incluses.

Le chapitre qui traite de la différence m’a particulièrement touchée, car la jeune auteure nous fait part, un peu sous la forme d’un journal intime, de sa réalité de grande sœur d’un frère autiste. En personnalisant le sujet, elle démystifie beaucoup ce que c’est de partager sa vie avec une personne « différente » et ce que ça implique lorsqu’on est enfant ou ado. Une manière très humaine de sensibiliser à l’acceptation de la différence.

Le livre se clôt par un chapitre consacré à la confiance en soi, corde sensible s’il en est une chez les ados. Encore une fois, Frédérique y évoque des histoires personnelles concernant les commentaires blessants qu’on n’oublie pas, l’importance qu’on accorde à l’image que l’on projette et bien d’autres questionnements dans lesquels les jeunes lecteurs se reconnaîtront. Elle parle aussi d’échecs à apprivoiser, de scénarios catastrophes à éviter, de l’impression de ne jamais faire la bonne chose qui nous taraude à cet âge, de standards sociaux difficiles à atteindre, d’amour propre à cultiver, etc.

Bref, beaucoup de sagesse émane de cette jeune femme qui sait s’adresser à son lectorat avec justesse et sincérité sans jamais faire la morale. Un beau livre qui fait du bien, à mettre entre les mains de tous les ados.

 

Articles, La vie

Des racines diversifiées et des ailes colorées

Par Eve Anabelle Saintonge.

Quand un enfant nait, il y a un nouveau monde devant lui. Il lui poussera des racines dans sa terre parentale, mais il grandira avec ses propres ailes.

Parfois, cet enfant nait dans plusieurs mondes à la fois. Ses racines sont culturellement diversifiées et tous sont intrigués à savoir quelles colorations auront ses ailes. C’est le cas de ma fille.

Maman canadienne, papa Guatémaltèque = 2 pays, 3 langues.

Une réalité que moi je n’ai pas eu et dont je pourrais seulement accompagnée ma fille au meilleure de mes compétences.

Se dira-t-elle canadienne? Latina? Canadio-latina? Frenglish? Spanglish? Frenspanglish? Renira-t-elle une partie de ses racines ou sera-t-elle fière de son unicité? Ou sera-t-elle toute mélangée?

À quoi ressembleront les couleurs de ses ailes? Utilisera-t-elle sa créativité ou ce bagage culturel sera trop lourd pour elle. Aura-t-elle l’impression qu’elle devra plaire à tous? Aura-t-elle honte ou saura-t-elle s’affirmer et s’exposer?

evanne
Une oeuvre de Joyce Hesselberth, telle qu’aperçue dans un article du NY Times

Comment gérer cette diversité?

Pour ma part, j’apprends à découvrir mes racines et continuer à colorer mes ailes. Connaître l’histoire de ma famille et celle de mon mari. Parce que notre situation est en partie le résultat des choix des personnes qui sont venus avant nous. Elle est aussi le résultat de croyances et de traditions qui nous ont accompagnées toutes notre vie. Notre histoire et notre identité comprennent aussi notre réaction aux préjugés de nos racines et aux stéréotypes de nos ailes. D’où venons-nous? Où sommes-nous? Où allons-nous? N’est-ce pas les premières interrogations qui nous définissent?

Et vous? Comment y répondez-vous? Comment avez-vous géré vos racines diversifiées? À quoi ressemblent vos ailes ?