Le bonheur d’être un parent imparfait

Préface de Sébastien Diaz et de Bianca Gervais

Vous en avez assez de tous ces livres sur l’art d’être un bon parent… sinon le meilleur ?
Vous déplorez les nombreuses contradictions qui ponctuent les sacro-saintes recommandations des grands spécialistes de l’enfance ?
Vous n’en pouvez plus, surtout, de vous sentir coupable, à côté de la plaque, dépassé ?

C’est le temps de vous reconnecter à l’essentiel, de réapprendre à écouter votre gros bon sens, de reprendre confiance en vos compétences parentales et de vous (re)donner le droit à l’erreur. Bonne nouvelle: Le bonheur d’être un parent imparfait donne une foule de clés pour y arriver !
Ce sympathique petit guide revisite plusieurs sphères de la vie familiale au quotidien avec légèreté, humour et rigueur (quand même !). Il fait la promotion de l’imperfection parentale, de l’indulgence et de l’acceptation de soi-même. Sans compromis !
Pensés en fonction des besoins des parents débordés, les chapitres courts peuvent se lire dans l’ordre qui nous convient et la matière est vulgarisée de façon à ce que les notions soient comprises rapidement. Les adeptes du multitâches pourront le lire avec le p’tit dernier dans les bras tout en préparant le souper.
A go, on célèbre l’imperfection !

Pour vous procurer ce livre, c’est par ici!

Catherine Landry-Plouffe

Catherine Landry Plouffe

Catherine est une psychoéducatrice qui travaille dans le domaine de l’intervention depuis bientôt 5 ans. Malgré cette courte expérience, elle a travaillé dans plusieurs milieux : scolaire, communautaire, au CLSC en petite enfance et puis avec les adolescents. Ce qui ressort de ce cheminement jusqu’à maintenant, c’est un intérêt des situations psychosociales, ainsi qu’à se remettre en question. Au cours de la dernière année, c’est aussi le goût de partager, d’approfondir ses réflexions et d’échanger sur celles-ci qui a émergé.

Développer les habiletés des personnes autistes dans un contexte d’intimidation

Un guide publié par la Fédération québécoise de l’autisme (FQA) divisé en trois parties : la première pour les personnes autistes, la deuxième pour leurs parents et la troisième les professionnels qui les entourent. Vous y trouverez de l’information sur l’intimidation des personnes autistes en milieu scolaire et professionnel : définitions, divers outils concrets, nombreuses ressources. Les références mentionnées dans le guide sont disponibles ici. Disponible en PDF également et ce, tout à fait GRATUITEMENT!

 

Marie-Hélène Chalifour

Marie-Hélène Chalifour
Marie-Hélène Chalifour

Je suis psychoéducatrice et, depuis ma sortie de l’université en 2008, j’ai toujours eu un intérêt pour le monde de la parentalité. Mon expérience de travail en CLSC auprès de la clientèle jeunesse m’a permis d’accompagner, de soutenir et d’informer les parents et les enfants face aux défis du quotidien et des impacts sur la relation parent-enfant. Quand je suis devenue maman, ma compassion et ma sensibilité face aux autres parents ont pris une autre tournure et m’ont amenée à voir la vie de famille autrement. Écrire est devenue pour moi une manière de faire le point sur les moments forts vécus comme maman et de les documenter avec des connaissances continuellement renouvelées comme professionnelle. En espérant vous permettre de voir la vie de famille autrement et de susciter la réflexion au fil de vos lectures!

Pour la suivre sur Facebook, c’est par ici!

Annabelle

Tu aimC1_CMaVie_Annabelle_HR-375x600es les témoignages? Tu adoreras ce livre! C’est un roman basé sur une histoire vraie.

«— Souris !

Elle prend une photo. Quand elle la regarde, elle se met à rire.

— Qu’est-ce qu’il y a ? la questionnai-je.

— Regarde-toi, on dirait que tu te fais prendre en photo dans un souper de Noël.

Je me regarde et pourtant, je me trouve bien : je souris, j’ai les deux yeux ouverts, les cheveux bien placés.

— T’as l’air d’une petite fille, Anna. Si t’as envie d’impressionner Éric, va falloir que tu sois un peu plus sexy.

Il s’intéresse déjà à moi, non ? ai-je envie de lui répliquer. Mais en même temps, je veux mettre toutes les chances de mon côté. Et Jessica a plus d’expérience que moi avec les garçons. Il parait qu’elle a même déjà couché avec quelques-uns. Comme on devient plus proches, je pourrai bientôt lui demander si ces rumeurs sont vraies j’imagine.»

Pour vous en procurer une copie, c’est par ici!

Ils en ont parlé

Sur la carte de métro littéraire de Sophie Lit!

Livresquement Boulimique a beaucoup aimé : “Les réactions des personnages sont empreintes de réalisme. Stéphanie Deslauriers raconte dans un langage près des adolescents leurs principaux enjeux auteurs des sujets qui les intéressent et préoccupent. Annabelle est une jeune fille charmante avec un humour qu’on ne peut qu’apprécier. Il est rafraîchissant de trouver des personnages adolescents encore naïfs ou « bébés » comme ils sont traités dans le texte, c’est-à-dire des personnages qui portent encore une bonne part de l’innocence de l’enfance à 14 ans. (…) C’est un roman qui pourrait servir d’amorce de conversation entre parent et adolescent, après que chacun en ait fait la lecture de son côté.”

Élizabeth Bigras-Ouimet, de atuvu.ca, n’a que de mots bons : “Annabelle aborde plusieurs sujets délicats propres à l’adolescence : isolement social, recherche identitaire, pression parentale,comparaisons aux autres, désir de plaire et de ne pas passer pour un « bébé », les relations interpersonnelles qui se dessinent et se dissolvent dans les corridors de l’école…”

 
Annabelle, c’est tout ça à la fois avec une préséance d’intimidation virtuelle et de manipulation perverse. Une situation somme toute banale,si on se réfère au nombre de dénonciations qui se fait par année, mais qui demeure encore un sujet délicat, voire tabou.